Voiture sans permis : les particularités

Les voitures sans permis (VSP), appelées aussi voiturettes, ont aujourd’hui le vent en poupe. Ces dernières années, elles connaissent un succès grandissant auprès des jeunes conducteurs et des personnes avec un retrait ou suspension du permis de conduire. Voici tout ce qu’il faut savoir sur la VSP.

Qu’est qu’il y a de particulier chez une voiture sans permis ?

La voiture sans permis est un quadricycle léger à moteur. Elle a une longueur de trois mètres au maximum et est parfois équipée d’un moteur diesel. Elle doit répondre aux caractéristiques suivantes pour être répertoriée comme VSP :

  • Peser à vide de 350 kg au maximal
  • Être cylindrée à 50 cm3
  • Avoir une vitesse maximale de 45 km/h
  • Comporter 2 places au maximum.

Comme son nom l’indique, une voiturette ne requiert pas un permis de conduire pour être utilisée. Il faut juste être titulaire du BSR (Brevet de Sécurité routière) pour les personnes nées avant le 1er janvier 1988 pour pouvoir conduire une VSP. À partir de 16 ans, vous pouvez circuler à bord d’une voiturette.

Les avantages de la voiture sans permis

Connue pour être pratique et peu contraignante, une voiture sans permis vous offre plusieurs avantages. Elle est idéale pour les jeunes conducteurs et les personnes âgées afin d’assurer une sécurité optimale. Grâce à sa faible consommation d’environ trois litres pour 100 km, elle est donc plus économique. Opter pour une VSP est aussi un choix écologique parce qu’elle n’émet que peu de Co2. Vous pouvez donc être fier d’avoir pris part à la protection de la nature en conduisant une voiture sans permis. De plus, elle est facile à garer et vous offre un encombrement minimal avec ses petites dimensions. Ainsi, elle s’adapte admirablement à la vie citadine, ce qui vous donne une praticité à toute épreuve.

Faut-il assurer une voiture sans permis ?

Tout comme les véhicules terrestres à moteur, une voiture sans permis doit obligatoirement être assurée. Ne vous en faites pas, les compagnies d’assurance voient plutôt d’un œil bienveillant les conducteurs de VSP parce que ces derniers sont peu impliqués aux accidents. Il est recommandé de souscrire une assurance avec une garantie responsabilité civile au minimum. En outre, vous pouvez souscrire d’autres formules, notamment le tiers ou le tous risque. Ce dernier est le plus intéressant, surtout si vous avez un modèle neuf ou à faible kilométrage. Peu importe la formule que vous choisissez, n’oubliez pas de mettre en avant la garantie contre l’incendie, les bris de glace, le vol, etc.

Jeune permis : quelle première voiture lui choisir ?
Voitures électriques : de vraies économies sur le long terme ?